Nomad Journey Logo

Morondava

Escalade sur les Tsingy

Nov 8, 2019 comment(s)

Nous arrivons à Morondava après 9h de taxi brousse de luxe, autrement dit nous avons le droit à un siège chacun (contre les 3/4 dans le taxi brousse normal) et il est direct !

Nous arrivons tout de même fatigués dans cette ville en bord de mer dont les intérêts principaux se trouvent aux alentours.

Après avoir longuement négocié, nous trouvons un 4x4 avec chauffeur Clément avec qui nous partons pour 3 jours. Le but principal de ce long voyage est d’atteindre le parc national des Tsingy (qui veut dire “marcher sur la pointe des pieds” en malgache).

Il nous faudra un jour complet pour y arriver, entre pistes pénibles et « bac » (ferry local).

Pour rejoindre le village de Bekopaka aux Tsingy, la police a décidé de mettre en place un convoi pour assurer la sécurité des touristes. C’est ainsi que nous faisons la deuxième moitié du trajet avec une 15aine de 4x4 en file indienne avec un militaire dans notre voiture !

Le lendemain, nous partons enfin pour visiter ce que tous les voyageurs rencontrés ont considéré comme incontournables.

Les Tsingy

En compagnie de notre guide Paulin et équipés de baudriers, nous démarrons le grand circuit de 4h.

Au début, on passe par une forêt humide habitée par plusieurs espèces d’animaux. A peine mis les pieds ici, on se retrouve nez à nez avec une couleuvre d’1m30 ! En continuant notre chemin, on rencontre deux espèces de lémuriens : des roux et des blancs (sifaka, le fameux lémurien danseur). On est vraiment très proche, on dirait des peluches accrochées dans les arbres ! Un peu plus loin, nous avons l’immense chance de croiser un lémurien nocturne. Avec ses yeux globuleux, il est à la fois mignon et tordant !

On attaque enfin la montée dans les Tsingy, ses roches de calcaire érodées par la pluie qui les rend tranchantes. Paulin nous met tout de suite en garde « les Tsingy ne tolèrent aucun faux pas ». On s’engouffre dans une grotte de 50 m de long et nous devons nous faufiler dans des crevasses de quelques centimètres de large. Au bout, on escalade entre les roches pour atteindre le belvédère. Wahou, quelle vue de là-haut ! Le chemin continue en via ferrata à travers ces paysages si impressionnants.

Après un pique nique dans une grotte en compagnie d’une mangouste, on rejoint la forêt sur le chemin du retour. Nous revoyons quelques lémuriens et clou du spectacle, un gros caméléon !

Après une nuit étouffante de chaleur en compagnie de serpents et scorpions, nous reprenons la route vers Morondava.

L’allée des baobabs

Nous visitons deux fois ce lieu magique. À l’aller, sur la route, on découvre petit à petit quelques baobabs et la magie opère vraiment lorsque nous arrivons dans la fameuse allée. Au petit matin, très peu de monde. C’est magique. Nous sommes venus à Madagascar pour cela après tout ! Nous nous baladons un peu et avons prévu d’y repasser sur le chemin du retour, pour le coucher de soleil.

Au retour justement, nous faisons un stop au baobab sacré puis baobab « amoureux », l’occasion de passer un moment avec les enfants du village voisin. Nous chantons des chansons françaises, malgaches et même indiennes que nous avions appris à l’orphelinat. On fait des tours de magie et beaucoup de sourires nous entourent, c’est un super moment.

Nous rejoignons ensuite l’allée lorsque le soleil commence à baisser et fait apparaître des couleurs orangées. Le spectacle qui s’offre à nous est époustouflant ! On est resté des heures dans ce décor de carte postale.


Nous rentrons sur Morondava avec des beaux souvenirs. Mais nous avons peu de temps pour rêver de tout cela car nous nous levons à 4h15 du matin le lendemain pour reprendre un taxi brousse pour Tana. Courage !