Nomad Journey Logo

Fes

Un labyrinth géant

Jun 27, 2018 comment(s)

Tout juste arrivés à Fès, nous sommes déposés non loin de notre riad (Riad Boustan), accessible uniquement à pieds. Celui-ci est situé au fond d’une minuscule ruelle. Cependant, en entrant, nous découvrons un énorme patio avec des mosaïques, colonnes et du mobilier traditionnel.

Etant un peu excentré du souk principal, nous décidons de traverser la médina pour nous rendre à la Bab Boujloud (porte bleue). En effet, on peut rentrer dans la médina par les 14 portes restantes reliées entre elles par les remparts qui l’encerclent. Notre riad se trouve au niveau de la Bab R'ssif.

Armés de notre portable avec GPS nous ne prenons pas conscience de l’ampleur de la tâche ! La médina est un vrai labyrinthe, il est très difficile de trouver son chemin et bien évidemment nous nous y perdons. A chaque coin de rue, des enfants/adolescents nous disent que le chemin que nous empruntons est une impasse et qu’il faut les suivre. Nous sommes tiraillés entre les croire et ne pas tomber dans le panneau. Nous nous rendons alors compte de la grandeur de Fès, bien plus que Marrakech. Nous passons des heures à nous perdre dans cette médina si authentique. Fini les motos de Marrakech qui nous frôlent, ici ce sont les ânes et les grosses brouettes qui prennent toute la place ! 

Au détour de rues, nous croisons de nombreux artisans en train de travailler et fiers de nous montrer leur travail. Ainsi, nous rencontrons Abdul le tisseur arrivé du Sahara 6 mois plus tôt. Il travaille avec 3 tissus diffèrents : la soie végétale à base de cactus, la laine de mouton et la laine de dromadaire. Il était en train de réaliser 100 couvertures pour une commande ! Nous rencontrons également un potier qui grave des formes sur des pots en mosaïques, des dinandiers/chaudronnier qui martèlent sans cesse leur cuivre mais encore des menuisiers assemblant des trônes pour mariage et j’en passe.

La médina est découpée en plusieurs quartier avec chacun d’entre eux une mosquée, une fontaine, un four à pain et ses souks. Parmi les sites qui nous ont le plus marqués, on retiendra :

  • la Medersa Bou Inania: située à une centaine de mètres de la porte bleue cette école religieuse date du 14e siècle c’est la plus grande de la ville. C’est aussi la seule qui soit aussi une mosquée et donc qui possède un minaret. On entrant par une porte qui donne sur le souk, on ne s’atttend pas absolument pas a la grandeur de celle-ci.
  • les Tanneries Chouara: plus loin dans le souk, on peut les voir depuis des terrasses privées des magasins qui vendent des produits en cuir. Un ensemble coloré de bassins organisés en deux parties. Le travail y est particulièrement difficile. L’odeur y est forte mais surmontable.
  • le souk du henné : l’un des plus anciens de la ville et celui que nous avons préféré. Il se situe dans une petite cours encerclant deux grands arbres. On y trouve tout un tas de produits esthétiques naturels.
  • la place Nejjarine et le musée du bois : une très jolie fontaine se situe au centre de la place. Le musée date du 18e siècle et est fait en majeur partie de bois sculpté. Cela lui donne un certain cachet. De plus, les objets qui y sont exposés sont très intéressants. Ils sont regroupés par thèmes, en allant des outils aux objets domestiques, en passant par des coffres.
  • la place Seffarine et le quartier des dinandiers : ici se retrouvent tous les artisans du cuivre. Ils martèlent et polissent le cuivre sans cesse. Ils façonnent ainsi toutes sorte d’objets (théières, poêles, plateaux, etc.)
  • le palais Mnebi : sa terrasse offre une vue imprenable sur la ville
  • les autres mosquées et medersas : elles sont nombreuses et uniquement accessibles aux musulmans. Cependant, leurs portes sont souvent ouvertes et on peut ainsi entrevoir la beauté de l’intérieur. La plupart du temps celui-ci est démesurément grand comparé a la ruelle de la médina depuis laquelle on l’observe.

La ville est installée dans une vallée entourée de collines. Dès que l’on prend de la hauteur, la vue est magnifique et nous avons d’ailleurs apprécié notre premier dîner devant un coucher de soleil extraordinaire.

Nous avons particulièrement bien mangé lors de nos arrêts dans la médina. Nous nous sommes par exemple arrêtés au Dar Zineb, restaurant traditionnel se trouvant pas très loin de Bab Guissa. On y accède par un « passage secret », au fond d’une allée sombre où on marche la tête baissée pour ne pas se cogner !

La médina de Fès nous a particulièrement enchantée. Bien plus authentiques que celle de Marrakesh, nous avons adoré rencontrer les artisans.

Pour les jours qui suivent nous prévu de nous éloigner de la cohue de la médina pour explorer les alentours.